• Christophe De Beukelaer

Technologie et Corona

Intervention au Parlement Francophone Bruxellois - 20 avril 2020

Chers collègues, Aujourd’hui, nous votons une disposition qui permettra d’éviter de nous réunir physiquement mais de voter à distance grâce à une technologie, très répandue aujourd'hui : un ordinateur équipé d’un micro et d'une webcam, une connexion Internet et un logiciel de vidéo-conférence suffisamment puissant. Comment se positionner sur ce sujet? Tout d’abord en considérant qu'une technologie n'est, par essence, ni bonne, ni mauvaise. Mais c’est l'utilisation qu’on en fait qui peut l’être et qui doit donc impérativement être questionnée et débattue dans nos enceintes parlementaires. La crise du corona nous révèle l’urgence que nous, politiques, reprenions la main sur ce sujet qui sera d’ailleurs un des sujets centraux du 21e siècle. Et nous devons l’admettre, depuis 20 ans nous avons délaissé ce sujet en la laissant beaucoup trop aux mains des entreprises et, plus grave, aux mains d'autres puissances mondiales. Alors cette utilisation de la technologie, nous la considérons comme bonne quand elle permet la continuité de l’action publique en période de pandémie. Quand elle aide à prévenir certaines maladies chez les patients à risque. Quand elle permet à notre enseignement d’adopter un rythme d’apprentissage différentié adapté au rythme de chaque élève. Quand elle permet d’éviter la triche et la fraude et je pense ici particulièrement à la blockchain. Mais nous devons nous opposer avec force, chers collègues, à la mauvaise utilisation de la technologie. Celle qui marginalise une partie de la population, notamment chez nos aînés. Celle qui porte atteinte à l’humanité et la nécessaire nuance des décisions. Celle qui enregistre à notre insu des données sur nos téléphones pour l’envoi de marketing ciblé ou à des fins sécuritaires exagérées. Celle qui, au fond, chers collègues, sous le couvert de « c’est pour votre bien » porte atteinte à nos droits fondamentaux. Nous devons avoir ces débats sans caricature. Et d’ailleurs ces débats s’élèvent bien au-delà du clivage gauche-droite traditionnel. Ils n’ont même plus rien à voir avec cela! Nous constaterons dans les semaines qui viennent à travers deux sujets fondamentaux: • D’abord, le tracking, qui, selon la façon dont on l’utilise, aidera au dé-confinement ou bafouera notre droit à la vie privée. • Et puis la 5G, qui, selon la façon dont on l’utilise, ouvrira de superbes opportunités, médicales notamment, ou sera une catastrophe environnementale et accélèrera encore des vies déjà sur-menées. Alors, ce n’est pas le lieu ni le moment de se prononcer sur le fond de ces questions mais je formule une exigence: la transparence totale sur les débats qui traite de la place de la technologie. Et ces débats doivent avoir lieu dans nos Parlements et avec un haut degré de participation citoyenne. Pour le vote à distance qui nous occupe aujourd’hui, les signaux sont au vert. La technologie y est utilisée à bon escient. Nous voterons donc positivement et, j'en terminerai par là Mme la Présidente, je remercie, au nom du groupe cdH, vivement les services du Parlement qui adoptent depuis quelques semaines et de manière très pro de nouvelles procédures et des manières créatives de travailler.

50 vues

+32473414209

©2019 par Christophe De Beukelaer.