• Christophe De Beukelaer

Metro Nord

Dernière mise à jour : 20 avr.

Depuis le début de la législature je suis le projet d’extension du Metro Nord de très près. Autant le dire tout de suite, je suis pour l’extension. J’ai lu attentivement l’étude et la carte blanche postée par les chercheurs, leurs arguments sont bons, mais pas définitifs.


Tout d’abord, il s’agit là d’un projet sur lequel on s’est mis d’accord il y a 10 ans, et les tergiversations de la majorité ne mettent qu’une seule chose en doute, la capacité de Bruxelles à mener des projets long terme à bien.


Premièrement, le budget alloué initialement était tout bonnement irréaliste, ne pas inclure dans un budget sur 20 ans ni inflation, ni potentiels accidents de chantier dans les coûts c’est de l’amateurisme. Que personne ne s’en soit rendu compte est édifiant.


C’est malheureusement devenu un sport régional à Bruxelles, une gestion qui vient mettre à mal tout projet. On le sait, une réforme des institutions Bruxelloise ainsi qu’un refinancement de la région avec notamment des taxes basées sur les lieux de travail permettrait de libérer plus de budget, simplifier les institutions et limiter les dépenses, cela demanderait un courage politique dont ne dispose pas ce gouvernement.


Un budget spécialement octroyé à la STIB sous le nom d’investissement stratégiques devait être dépensé uniquement dans ce projet, il n’en est rien. Le gouvernement a isolé de son budget des investissements stratégiques pour 500 millions par an, ce qui lui permet d'investir hors du cadre budgétaire européen. Si Bruxelles avait dépensé ces 500 millions annuels dans le métro, elle aurait financé son élargissement. Au lieu de ça, elle a fait des dépenses courantes (réparations tunnels, achat de nouvelles rames...)


Si tout ce budget était dépensé dans l’extension du métro Nord, on atteindrait en une législature plus de 2 milliards, soit, le coût total du projet. La gestion Bruxelloise ne le permet pas. Même Sven Gatz, ministre du Budget a tiré la sonette d’alarme proposant que tout le budget de Beliris passe dans l’extension du Metro Nord, n’en déplaise à Karine Lallieux qui devra certainement oublier quelques amis dans quelques communes socialistes.


Quant aux arguments d’Ecolo pour contrer ce projet, ce sont les mêmes qu’il y a 10 ans.

Le télétravail est avancé comme argument pour dire que l'infrastructure sera trop importante pour la demande. Une transition énergétique réussie, ce ne sont pas uniquement des voitures électriques, c'est moins de voiture tout court et donc plus de solutions. Le métro est une de ces solutions. Par ailleurs, si certains veulent des idées pour des aménagements en surface, je rappelle que les espaces verts manquent cruellement à Bruxelles et que se réapproprier l'espace en surface a des intérêts économiques et sociaux évidents.


Il ne faut pas nier les difficultés liées à ce projet, comme le coût budgétaire, les lourdes infrastructures que cela demande, les projets de shift modal qui devront en découler pour intégrer ce nouveau métro dans une offre plus large de transports.


Cependant, on peut s’endetter pour un projet dont on attend un retour sur investissement, ce qui n’excuse en rien la budgétisation du projet ni sa gestion actuelle. En effet, au vu des investissements actuels consentis par le gouvernement, il est fort à parier que la prochaine législature se voit plombée par le plus gros des dépenses relatives au Metro Nord.


Si nos grand-parents avaient eu ce type de réflexion aucuns projets comme le metro ou la gare centrale n’auraient vu le jour, on peut se demander où serait Bruxelles aujourd’hui.


Il s’agit selon moi maintenant d’avancer, et de regarder les vrais problèmes en face, la gestion Bruxelloise dans son ensemble, le fonctionnement de la région et ne pas mettre à mal des projets long terme dû à des défaillances cycliques et court termistes.

641 vues0 commentaire