• Christophe De Beukelaer

Et maintenant, la décence !

Dernière mise à jour : 16 mars

C'est la guerre. La vraie. Des bombardements, des civils enrôlés dans l'armée, des réfugiés par centaines de milliers... Et cette fois c'est en Europe, à 2000km de Bruxelles. Comme toutes les guerres, c'est un immense gâchis. Mais nous ne sommes pas impuissants. Nous avons une responsabilité: se poser la question de où moi je contribue à cette folie? Par quelles paroles et quels actes quotidiens je préfère me laisser glisser vers mes critiques, mes jugements et mes conflits plutôt que de faire l'effort de la miséricorde, du pardon et de la réconciliation? Les défis de notre siècle sont nombreux : transition énergétique & climatique, réduction des inégalités, quête de sens... Nous n’avons pas de temps ni d'argent à perdre dans nos petites et nos grandes guerres. Il est grand temps que les femmes et les hommes politiques montrent l'exemple. Plusieurs conséquences de cette guerre ont attiré mon attention ces derniers jours ENERGIE NUCLEAIRE - Je dis depuis 2019 qu'il faut prolonger le nucléaire, quand certains qui crient fort aujourd'hui étaient à la manoeuvre et n'ont rien fait. Et ce conflit est bien entendu un argument supplémentaire qui pourrait enfin convaincre le gouvernement fédéral. Mais ce pragmatisme est pourri par l'arrogance des uns qui instrumentalisent la guerre pour tirer la couverture à soi et présenter le nucléaire comme la solution à tous les problèmes énergétiques, et par la fierté mal placée des autres qui ne veulent pas dévier d'un iota de leur position dogmatique malgré tous les arguments qui leur sont présentés. La situation dramatique en Ukraine devrait aussi nous inciter à arrêter la guerre politique belgo-belge. Choisir la nuance et le compromis plutôt que le rapport de force c’est aussi la leçon de ces derniers jours. Oui, je pense que le nucléaire doit avoir sa place dans notre mix électrique. On doit prolonger les centrales et déjà travailler sur celles du futur. Mais le nucléaire ne représente que quelques % de notre énergie consommée. Donc oui, on doit aussi et surtout parler sobriété, isolation, réseaux de chaleur, changement de nos habitudes de mobilité... Si l'Ukraine doit nous amener à parler énergie, c'est au nom de l'intérêt général, et pas pour les intérêts d'un parti. LIBERTE D’EXPRESSION ET DESINFORMATION - La propagande est un outil de la guerre. Plus que jamais et plus que quiconque, responsables politiques doivent communiquer avec nuance et recul. Du MR qui retweete les médias de propagande russe, au PTB qui se fait le les relais de Poutine dans nos Parlements, ces derniers jours ont été choquants. On n'est pas dans un jeu vidéo. Des morts tombent tous les jours. Il est temps d'élever le niveau.

REFUGIES : L’accueil des réfugiés ukrainiens coule de source et c’est tant mieux. L’Union européenne se mobilise de manière exemplaire sur ce point pour le moment contrairement à ce qu'elle a fait pour les réfugiés de guerre venus de Syrie, d'Irak, d'Afghanistan... Cette différence de traitement doit nous interpeller. Le droit international et la convention de Genève demandent de venir en aide à toutes les personnes persécutées.

SANCTIONS ECONOMIQUES - L’Europe a pris des sanctions fortes ces dernières heures. Enfin. Des rumeurs disent que la Belgique à plaidé pour ne pas y inclure le secteur diamantaire. Ce n'est pas clair comment ça s'est déroulé. A certains moments dans l'histoire on doit être sans concession. La défense de valeurs fondamentales nécessite de vrais sacrifices.


Finalement, il faut bien se rendre compte du chantier qui nous attend. Les institutions internationales, l’ONU et l'UE comme les autres, ne sont pas à la hauteur des enjeux. Paul-Henri Spaak disait : « L'organisation internationale ne pourra fonctionner que le jour où les Nations, petites, moyennes et grandes, auront reconnu, en pleine conscience, qu'au-dessus de leurs volontés personnelles, il y a la loi internationale ». On en est encore loin.


Courage à tous les Ukrainiens qui sont entrés dans une période de grande terreur. On leur doit de contribuer à la Paix, chacun là où nous sommes.

53 vues0 commentaire

Posts récents

Voir tout