• Christophe De Beukelaer

Energie & fournisseurs : la situation dégénère


Il ne reste que 2 fournisseurs de gaz et d'électricité à Bruxelles. Les autres ont quitté à cause d'une législation dépassée qui leur fait porter le poids de la précarité énergétique et notamment :

1. L'obligation de passer par un juge de paix pour couper un client qui ne paie plus. Or, dans les faits cette procédure est lourde, et dure 1 à 2 ans, période durant laquelle la dette du client problématique passe en moyenne de 200 à 2000€. En plus, 80% des clients ne se présentent jamais aux audiences! Ça n'a aucun sens.


2. L’obligation de fournir les clients pendant trois ans, même s’ils ne paient pas. Le non-paiement des factures coute 41 millions € /an aux fournisseurs qui... répercutent ce montant sur les autres clients! Les Bruxellois paient en moyenne 300€ de plus par an que les Flamands et les Wallons pour leur énergie.

C’est un cercle vicieux qui demande des solutions structurelles. 27% des Bruxellois se retrouvent en situation de précarité énergétique.


3. Le gouvernement aurait déjà du transposer la directive gaz/élec européenne depuis juin avec des avancées essentielles pour la transition énergétique (communauté d’énergie, compteurs intelligents, bornes électriques...). Toujours rien! Avec les processus parlementaires, on n'est pas prêt d'aboutir bientôt. Et de ce que j'en sais, la nouvelle ordonnance n'arrange rien aux problèmes que je dénonce.


Nous proposons donc :


  1. De considérer les fournisseurs comme des partenaires de la transition et pas comme prédateurs économiques. Ils ont un rôle à jouer dans la transition (tiers-investisseurs) et dans des prix de l’énergie abordables. Un marché qui fonctionne garantit cela.

  2. D’en finir avec la systématisation du recours au juge de paix et de l’obligation de fournir à trois ans. Pour protéger les clients, il faut un fournisseur de dernier recours, mais aussi permettre des règlements à l’amiable, sans juge de paix (qui doit continuer à pouvoir être convoqué sur demande du client).

  3. Des solutions structurelles : l’amélioration de l’isolation des logements, la pose des compteurs intelligents pour permettre à tous d’être acteur de sa consommation.


 C’est un enjeu technique et important qui concerne la transition énergétique, le coût de la vie et l’attractivité économique de notre Région.


La passivité de ce gouvernement est insupportable.





J'interviens à ce sujet dans L'Echo


22 vues0 commentaire