• Christophe De Beukelaer

Budget régional bruxellois : La situation est plus grave qu’annoncée


A la lecture des documents budgétaire du gouvernement bruxellois, l’inquiétude monte.

« L’avenir financier et budgétaire de la Région bruxelloise est morose. La Région s’endette

comme jamais auparavant et bien plus qu’annoncé. Il faudra une relance forte et intelligente

pour faire face à la situation. Je dois avouer mon scepticisme à cet égard suite au premier plan

de relance présenté par le gouvernement en juillet qui était une véritable farce. » explique

Christophe De Beukelaer, député cdH en charge du Budget.


1. Le déficit plus élevé qu’annoncé


Lors de la déclaration de politique générale, R. Vervoort annonçait que le compte 2020 et le budget afficheraient un déficit d’un milliard d’euro supplémentaire à cause de la crise sanitaire: 500 millions de mesures de soutien et 500 millions de pertes de recettes. Avec les 500 millions d’€ de déficit déjà prévus à l’initial, on devait s’attendre à 1,5 de déficit. En réalité, on sera à -2,2 milliards, tant en 2020 qu’en 2021 ! Nous exigeons du gouvernement une totalement tansparence envers le citoyen et le Parlement. La situation budgétaire est grave, et il convient de faire preuve de lucidité.


2. La dette prend une ampleur inédite


Le chiffre présenté par le gouvernement (5,4 milliards de dette en 2020) est largement sous-estimé: Ce chiffre se base sur le projet initial 2020, or, comme expliqué au point précédent, le déficit sera nettement plus élevé que prévu et viendra donc alourdir la dette. ; Selon les normes européennes, la Région est tenue d’ajouter la dette des institutions consolidées. On arrive à une dette de 7,4 milliards ; Finalement, nous estimons que le gouvernement doit inclure la dette « garantie », qui se chiffre à 3 milliards, dans le calcul de sa dette. En effet, la crise économique va plonger les citoyens et les institutions dans une grande fragilité et la

Région pourrait devoir intervenir.


En prenant ces éléments en compte, la dette réelle sera de plus de 10 milliards d’€ en

2021, soit le double du chiffre de 2018.


3. L’équilibre en 2024 est un leurre


Pour afficher un budget à l’équilibre en 2024, la Région a du faire des hypothèses de travail fortes (grande sous-utilisation des crédits alors que la crise demande de mobiliser des moyens, emploi, marchés financiers, etc) dont on ne connaît pas les détails. Ce scénario n’est crédible qu’avec un plan de relance ambitieux. Or, en juillet, le gouvernement nous a présenté un plan de relance de 120 millions qui n’était qu’un saupoudrage des politiques déjà entamées.


Le gouvernement ne peut faire le choix de la continuité dans une situation où tous les voyants sont au rouge. Vu la dette crée, il faut plan de relance ambitieux pour sauver l’emploi, atteindre nos objectifs environnementaux et sortir le budget public du déficit. « L’épisode du plan de relance de juillet nous rend très sceptique sur la capacité du gouvernement à faire des choix clairs. Pourtant, nous avons tous criés à un changement de logiciel suite à la crise Covid :

relocaliser certaines capacités de productions, renforcer la solidarité, lutter contre le changement climatique. Nous ne pouvons pas poursuivre cette course folle à l’endettement sur l’air de « Tout va bien, Madame la Marquise » !


+32473414209

©2020 par Christophe De Beukelaer.