top of page

Métro Nord Bruxelles - Mobilité - Christophe De Beukelaer

Dans ce dossier, la position du groupe Ecolo m'interpelle. Mme Pauthier, vous jouez un peu le M. Bouchez du gouvernement bruxellois.




J'aimerais tout de même rappeler que votre groupe a signé un accord de majorité et s'est engagé vis-à-vis des Bruxellois à « concrétiser le projet de métro vers le nord de Bruxelles ». Or, sur ce sujet, votre groupe fait exactement ce qu'il reproche au MR au niveau fédéral, à savoir de la participopposition.


Un examen du dossier, incluant la question du palais du Midi, permet de mettre en exergue deux difficultés, à savoir une difficulté financière et une difficulté technique.


Votre gouvernement est responsable de la difficulté financière. Pour rappel, vous nous avez annoncé, en début de législature, mettre 500 millions d'euros d'investissements stratégiques de côté pour le développement du métro. Aujourd'hui, en fin de législature, ces 500 millions d'euros par an ont été dépensés à d'autres choses, et vous vous demandez comment financer le métro. Telle est la vérité dans ce dossier. C'est à votre gouvernement qu'il incombe de trouver les moyens financiers nécessaires, et non pas tout simplement au prochain gouvernement, comme l'exprime votre ministre du Budget. Après nous, les mouches ! Vous vous êtes engagés et disposiez des moyens nécessaires.


L'autre difficulté est d'ordre technique. À quoi vous attendiez-vous, avec un projet d'une telle ampleur ? Un tel chantier entraîne évidemment des défis techniques. En cas d'obstacle, on ne fait pas demi-tour, on fait face, on se met autour de la table et on trouve des solutions ! Des décisions ont été prises et des montants investis.


Je pense ne pas être le seul, au sein de cette commission, à considérer le métro comme un élément structurant, nécessaire au développement de notre Région. Je ne veux pas faire de Bruxelles un village de campagne, mais une capitale internationale. Ce dossier révèle notamment une différence de vision.


Face à ce genre de difficultés, nous attendons de votre part du leadership politique. C'est maintenant que nous allons voir si vous avez la capacité de réunir les acteurs autour de la table et de prendre des décisions qui seront parfois difficiles, mais le but est de faire avancer ce dossier. Dès lors, nous attendons de votre part que vous apportiez de la clarté sur les enjeux, que vous indiquiez les possibilités et solutions envisageables et, peut-être - mais c'est secondaire -, que vous établissiez déjà des responsabilités.


Aujourd'hui, une partie de la ville est à l'arrêt, ce chantier doit donc se poursuivre et la priorité actuelle consiste à trouver des solutions à cet effet. La question des responsabilités devra certes être posée, mais elle sera réglée ultérieurement, peut-être même devant les tribunaux. Nous n'allons quand même pas paralyser la ville dans le but d'établir les responsabilités de chacun.


Par conséquent, je rejoins pleinement les questions de mes collègues. Cependant, j'imagine bien que, dans un dossier aussi complexe dont les enjeux financiers et techniques sont si colossaux, cela ne doit pas être facile pour vous d'avoir un partenaire de gouvernement qui tire sans cesse sur le frein à main. Soyez en tout cas assurée de notre soutien dans le développement de ce projet, qui est essentiel pour l'avenir de Bruxelles.

37 vues0 commentaire

Posts récents

Voir tout

Σχόλια


bottom of page