top of page

Insécurité à la gare du Midi: “Il faut mettre fin à la honte”



Alors que l’insécurité à la gare du Midi ne cesse d’alimenter les discussions depuis quelques semaines, Les Engagés, dans l'opposition, tirent à boulets rouges sur les autorités bruxelloises, coupables selon eux de laxisme dans ce dossier qui s’apparente à un véritable “fiasco.”


“Malgré les promesses du gouvernement devant les députés avant les vacances, la gare du Midi est restée un fiasco tout l’été. Pendant ces deux mois, ce sont 50.000 voyageurs par jour, notamment étrangers qui découvrent notre capitale, qui ont dû subir l’incompétence des autorités bruxelloises dans la gestion de la gare, tant au niveau de la propreté que de la sécurité. Ce scandale qui nuit à l’image de Bruxelles et au bien-être des voyageurs, ne peut plus durer”, s’insurgent les centristes bruxellois par voie de communiqué.


Sortir de la léthargie


Alors que le politique semble -enfin- prendre ce problème au sérieux (le Premier ministre en personne va se pencher sur le sujet), Les Engagés bruxellois, par la voix de leur président Christophe De Beukelaer, demandent de sortir de la léthargie afin de donner aux navetteurs, travailleurs et aux touristes une gare digne de ce nom.

Ainsi, le député va demander cette semaine la convocation urgente du Conseil Régional de Sécurité (CORES) afin d’évaluer les dispositifs instaurés avant l’été et de définir une nouvelle stratégie à mettre en place dans les meilleurs délais pour la gare du Midi et les autres gares bruxelloises.



Par ailleurs, Les Engagés constatent avec étonnement l’inaction de Safe.Brussels, organe régional en charge de la prévention et la sécurité, dans ce dossier. “Cet organe a été créé après le 6e réforme de l’état pour ce genre de situations! Pourquoi ne s’est-il pas saisi du dossier? J’exigerai lors de la première commission Affaires intérieures du Parlement bruxellois l’audition de la Haute fonctionnaire Sophie Lavaux et le Ministre-Président Rudi Vervoort afin de faire la lumière là-dessus, et sur le fiasco du ‘Plan d’été’ annoncé mi-juillet dernier”, indique Christophe De Beukelaer.


Sécurité et propreté


Sofia Bennani, conseillère communale à Anderlecht et conseillère de police de la zone Midi, constate elle aussi une dégradation de la situation depuis quelques mois maintenant. Elle indique également qu’il est plus que temps de réunir l’ensemble des parties prenantes (SNCB, communes, zone de police, Région et fédéral) afin de trouver des solutions durables en matière de sécurité et de propreté. “Zone de police et police fédérale doivent s’entendre pour assurer une présence suffisante afin d’endiguer l’insécurité et les faits de criminalité. Il y a un réel manque en matière de chaîne de commandement. En parallèle, la propreté est un l’autre enjeu majeur. Là aussi, les communes concernées et Bruxelles Propreté doivent se mettre autour de la table afin de mettre fin à la spirale négative de la saleté dans ce quartier. Ce n’est qu’en fédérant les différents acteurs que ce quartier pourra retrouver un visage accueillant au profit des milliers d’utilisateurs, navetteurs et riverains”, conclut Sofia Bennani.


15 vues0 commentaire

Posts récents

Voir tout

Commentaires


bottom of page