top of page

Christophe De Beukelaer (Les Engagés) : 'Nous ne sommes plus le parti des catholiques' Bruzz - 17/03

👉Titre amélioré par Chrsitophe : "Nous ne sommes plus le parti des catholiques uniquement, nous sommes le parti de ceux qui cherche du sens dans la vie"



Le député Christophe De Beukelaer (34) a aidé à préparer le renouvellement de son parti CDH, qui s'est transformé en Les Engagés samedi.

Fin janvier, il a annoncé vouloir convertir son salaire en bitcoins en 2022. Avec son coup d'éclat, " crypto-Christophe " veut appeler tout le monde à se lancer dans les crypto-monnaies. "Il ne s'agit pas d'une décision financière, mais d'une décision politique".


Qui est Christophe De Beukelaer ?


Né en 1987 à Uccle

Fait ses études primaires et secondaires en néerlandais dans sa ville natale de Woluwe-Saint-Pierre.

Études ingénierie commerciale chaîne d'approvisionnement

2010 ; voyage autour du monde à vélo avec un ami pendant un an

Travaille un an pour Elia, le gestionnaire du réseau à haute tension belge

De 2012 à 2019 : échevin à Woluwe-Saint-Pierre

En 2012, reprend la société Allofruits (désormais Meltingpom.be), qui fournit des fruits biologiques et des paniers cadeaux. Le vend à nouveau en 2021.

De 2017 à 2019 : président national du mouvement des jeunes du CDH.

En 2019, député bruxellois pour le CDH, suit les questions de mobilité, de budget et d'énergie.

🏦Annonce cette année que son salaire sera payé en bitcoin pendant un an.


Par une journée ensoleillée de printemps, le député bruxellois Christophe De Beukelaer reçoit BRUZZ dans son bureau de la place Albertine, avec une vue sur le Kunstberg jusqu'à l'église Saint-Jacques-sur-le-Koudenberg. Être membre d'un petit groupe qui n'a pas de place au sein du Parlement lui-même a ses avantages.


Il dit lui-même que c'est une coïncidence qu'il se soit retrouvé avec le CDH il y a dix ans. Après un tour du monde à vélo, le tout nouvel ingénieur commercial a eu envie de s'engager en politique. Benoît Cerexhe, le bourgmestre de "sa" commune Woluwe-Saint-Pierre, lui a demandé de rejoindre sa liste électorale, et il est ainsi devenu le plus jeune échevin de la région. "Pour être honnête, ça aurait pu être une autre fête. Le MR, par exemple, ou Ecolo. Pas avec le PS, parce que je ne connais pas autant de gens là-bas."

"Lorsque je suis devenu conseiller municipal, j'ai repris une entreprise de fruits biologiques et de paniers-cadeaux. Je voulais rester financièrement indépendant du parti."


Lors des derniers scrutins, le CDH a flirté avec le seuil électoral. Quelque chose devait changer.

Christophe De Beukelaer : (hoche la tête) Nous devions voir ce que nous pouvions faire pour survivre. Nous constatons que les extrêmes obtiennent de plus en plus de voix. C'est parce que les autres partis n'offrent plus de réponses aux vrais problèmes.

MR et PS sont empêtrés dans une contradiction patron-employé qui n'est en fait plus un problème aujourd'hui. De même pour Ecolo/Groen, ils ont été très utiles mais continuent de penser qu'ils sont les seuls à défendre le climat. Défi pense que les Bruxellois sont toujours engagés dans une opposition entre francophones et néerlandophones, mais les gens vivent désormais dans un monde multiculturel. Et il en va de même pour le CDH. Nous pensions à tort que la vie était encore structurée par les familles traditionnelles : papa et maman avec leurs trois enfants et leur chien.

Maxime Prévot, devenu président juste avant les élections de 2019, a immédiatement annoncé que nous allions tout remettre en question.

Lorsque j'ai rejoint le CDH, j'ai immédiatement senti que le parti se trouvait à un carrefour de son existence. En tant que jeune, j'avais plus d'influence dans un petit parti qui avait des problèmes que dans un plus grand. J'ai donc essayé d'influencer ce parti de l'intérieur. J'ai été président du département jeunesse pendant quelques années, et j'ai également mis beaucoup d'énergie dans l'opération de renouvellement.

Au cours des deux dernières années, nous avons mis en place des comités d'experts, développé une plateforme Internet et organisé de nombreuses réunions sur le terrain. Tout cela a été rassemblé dans un manifeste et de nouveaux statuts, qui ont été annoncés samedi dernier. Au cours des trois prochains mois, le plus grand nombre possible de nouvelles personnes peuvent encore proposer des changements.


Quels sont les principaux points du programme des Engagés ?

De Beukelaer : Nous sommes très engagés en faveur du climat, de manière pragmatique. Plus précisément, nous proposons que l'énergie nucléaire reste un élément permanent de notre bouquet énergétique. Pour que la suppression de la voiture de société soit une opération fiscalement neutre, l'impôt sur le travail devrait être réduit proportionnellement.


Sur le plan économique, nous nous positionnerons au centre-droit, avec beaucoup de propositions pour soutenir les personnes qui prennent des risques, et pour mettre chacun face à ses responsabilités.

Nous considérons que les questions éthiques sont des choix personnels dans lesquels le gouvernement ne doit pas s'immiscer. Nous ne sommes plus non plus le parti des catholiques, ou simplement du christianisme. C'était déjà le cas, CDH signifiait "Centre Démocrate Humaniste". Mais beaucoup de gens ne le savaient pas. Désormais, toutes les personnes ayant des questions existentielles sont les bienvenues, que ce soit dans le cadre d'une religion, d'une philosophie ou d'une quête spirituelle à travers, par exemple, le yoga ou la méditation.


Quel rôle peuvent jouer Les Engagés à Bruxelles ?


De Beukelaer : Il y a une grande polarisation dans le débat. C'est pourquoi nous avons besoin d'un mouvement vers le centre pour relier toutes ces opinions. Défi aurait pu jouer ce rôle dans le gouvernement actuel, parce qu'ils sont un peu au milieu sur le plan socio-économique, mais ils ne le sont pas.

Nous devons représenter le centre nuancé, également entre Flamands et Wallons. Je suis allé à l'école en néerlandais. Mon rêve est un Bruxelles bilingue, avec des listes bilingues. Si nécessaire, avec quelques mécanismes de sécurité pour les néerlandophones. Tous ces trucs avec Cocof et FCC sont vraiment dépassés. Personnellement, je suis également en faveur des écoles bilingues, bien qu'il faille trouver les enseignants pour cela.


Fin janvier, vous avez annoncé qu'en 2022, vous convertirez votre salaire en bitcoin, la monnaie virtuelle, pendant un an.

De Beukelaer : Les gens ne se rendent pas compte à quel point le monde financier a perdu la pédale. L'inflation est très élevée, les taux d'intérêt sont proches de zéro. La combinaison des deux signifie que l'épargne ne rapporte rien, bien au contraire.

Aux États-Unis, l'inflation est actuellement de 7,5 %, en Europe, elle est de 5 %. Avec une inflation de 7 %, en dix ans, vous avez perdu la moitié de votre capital. C'est énorme, et les gens n'en ont pas conscience.

Il y a également une dissonance totale entre la situation désastreuse après Covid dans le monde normal, et les augmentations sur les marchés financiers. Nous nous dirigeons tout droit vers de gros problèmes.

Pour rendre la situation plus équitable, nous devons faire trois choses. Tout d'abord, éduquer les gens sur les questions financières dès leur plus jeune âge. Ma sœur et mes parents sont déjà privilégiés, mais même eux ne savent pas ce que signifie l'inflation, ni ce qu'est une obligation.

Deuxièmement, je demande un impôt sur le revenu, sur le rendement des actifs. Nous devons taxer davantage ce que vous gagnez avec votre argent, et moins ce que vous gagnez en travaillant.

Troisièmement, nous devons travailler de manière substantielle sur notre système financier. Les crypto-monnaies ont l'avantage de l'accessibilité, tout le monde a les mêmes informations et peut faire les mêmes choses. Vous n'avez pas d'intermédiaires à qui vous devez payer beaucoup d'argent. À l'avenir, il y aura deux mondes financiers qui s'équilibreront, comme un pouvoir et un contre-pouvoir en politique.

Pour attirer l'attention sur le monde financier injuste, j'ai décidé d'être payé en bitcoins pendant un an. Désormais, mon salaire d'environ 5 500 euros nets sera versé sur mon compte Bit4You, la seule plateforme d'échange belge où l'on peut acheter des bitcoins. Il ne s'agit pas d'une décision financière, mais d'une décision politique. En attendant, je vais vivre de mes économies, mais je compte bien faire des bénéfices.


Les crypto-monnaies telles que le bitcoin font l'objet de nombreuses critiques.


De Beukelaer : C'est juste parce que les gens ne savent pas comment cela fonctionne. Ce n'est pas parce que c'est décentralisé que c'est anonyme. Vous pouvez établir des règles pour identifier les personnes, et nous devrions le faire, mais nous ne devrions pas jeter le bébé avec l'eau du bain.

Bien sûr, les personnes mal intentionnées se réfugient dans les nouvelles technologies, comme ce fut le cas aux débuts d'Internet. Mais le monde financier d'aujourd'hui est dans une impasse. Nous allons vers des catastrophes majeures, il n'y a jamais eu autant d'argent imprimé, l'inflation augmente. Ainsi, aux États-Unis, en Chine et en Afrique, on travaille déjà à rendre le bitcoin et les autres crypto-monnaies légaux.


Vous demandez un cadre juridique pour les crypto-monnaies.


De Beukelaer : L'UE doit agir de toute urgence. Sinon, nous n'aurons une fois de plus rien à dire sur cette nouvelle technologie. Allons-nous attendre encore dix ans comme nous l'avons fait pour l'Internet ?

J'ai également fondé la Brussels Blockchain Conference avec un ami il y a un an, avec laquelle nous essayons de sensibiliser le public à cette technologie. Maintenant, en 2022, ils organisent des auditions au parlement fédéral sur le bitcoin. Mais c'est bien trop tard. J'ai donc pensé : je dois faire un coup médiatique pour que ce sujet soit en tête de l'agenda.

Et ça a marché : un journaliste m'a dit que le MR et le PS avaient appelé pour dire qu'ils avaient engagé quelqu'un pour travailler sur les crypto-monnaies. Si même le CDH travaille sur ce sujet, nous ne pouvons pas passer à côté", telle était l'idée (sourires).

Ce n'est qu'en investissant vous-même, quelques dizaines d'euros, que vous vous obligez à découvrir comment cela fonctionne. Et je le recommande à tout le monde. Tous les riches et les grandes banques comme Goldman Sachs investissent, car c'est une décision intelligente. Les personnes les plus pauvres ne pourront pas en profiter. Pour attirer l'attention sur ce point, je fais ceci.


Nous sommes maintenant à mi-chemin de votre premier mandat de député. Que voulez-vous encore réaliser ?


De Beukelaer : J'aimerais vraiment que nous arrêtions d'utiliser le système de vélos partagés Villo d'ici la fin du mandat. Parce qu'ils sont gratuits pour la Région, mais en échange nous donnons à l'opérateur JC Decaux tout cet espace publicitaire dont nous ne gagnons rien. Nous ne les encourageons pas non plus à améliorer le fonctionnement de Villo. Le modèle ne fonctionne tout simplement pas.

Il devrait y avoir un appel d'offres public pour la publicité, et un autre pour un système de vélo en libre-service. Ce système devrait fonctionner de la même manière que les marchepieds électriques, avec des places de stationnement marquées. Je vais essayer d'en convaincre le ministre.










97 vues0 commentaire

Posts récents

Voir tout

Comentários


bottom of page